Acouphènes : Solutions

Occasionnels ou permanents, faibles ou intenses, les acouphènes sont ressentis comme des bourdonnements ou des sifflements dans nos oreilles. Plus ou moins bien supportés par chacun, ils sont dans tous les cas des bruits parasites à faire vérifier par un professionnel qui saura évaluer leur degré d’intensité et ainsi trouver le traitement adapté à tous les types d’acouphène.


Les acouphènes peuvent résulter de certaines pathologies comme le diabète, l’otite, l’hypertension, les troubles cardiovasculaires, l’otospongiose, la maladie de Ménière ou encore les troubles de l’articulé dentaire. Ils peuvent être causés par la prise d’un traitement médicamenteux à long terme, par un bouchon de cérumen ou bien par une lésion des cellules sensitives de l’oreille subie lors d’une exposition à un volume sonore trop élevé. Pouvant empirer et provoquer de la fièvre, des vertiges, des troubles anxieux, une perte de l’audition ou encore une hyperacousie, il vaut mieux les traiter ou les soigner le plus rapidement possible. Les solutions les plus efficaces :


Traitement de la cause

En effectuant un examen complet des oreilles, du nez et de la bouche d’un patient, un oto-rhino-laryngologiste (ORL) va pouvoir trouver la cause et déceler le type d’acouphène ressenti. Une fois la cause identifiée, si l’acouphène résulte d’une autre pathologie, son traitement sera alors privilégié afin de réduire et faire disparaître les bourdonnements d’oreilles. Consulter un médecin a alors une importance majeure, car ces bruits parasites sont parfois le signe d’une autre pathologie plus grave.


Les médicaments vasodilatateurs

En cas d’acouphène récent qui doit être atténué rapidement à cause de la gêne qu’il engendre chez le patient, un ORL pourra alors prescrire un traitement médicamenteux vasodilatateur. En dilatant les vaisseaux sanguins de l’oreille et en augmentant ainsi l’afflux sanguin, la substance médicamenteuse va permettre une réparation plus rapide des cellules auditives.


La stimulation magnétique transcrânienne

Dans le même esprit qu’un pacemaker, un neurostimulateur va permettre de fournir une stimulation électrique capable de stopper l’hyperactivité pathologique du cortex auditif. Surtout conseillé en cas d’acouphène permanent et aigu, un traitement quotidien pendant une semaine environ permet de réduire la perception auditive anormale puis de faire disparaître les acouphènes résistant aux autres traitements. Cette technique très souple d’utilisation ne nécessite aucune anesthésie et ne comporte pas d’effets indésirables majeurs. Seuls des maux de tête légers et passagers ont pu être observés.


Les appareils auditifs

En cas de perte de l’audition plus ou moins importante, un appareil auditif viendra apaiser puis supprimer progressivement la gêne causée par un acouphène. Générateur et amplificateur de sons, il va amplifier les sons de l’environnement du patient pour réduire le contraste entre l’acouphène et les sons ambiants et ainsi rendre le bruit parasite moins perceptible. En complément de l’amplificateur, le générateur va aussi produire des bruits (bruit rose, bruit blanc, etc.), certains pouvant s’apparenter à celui de l’océan, afin de créer une thérapie sonore capable de soulager la gêne occasionnée. Minutieusement réglé par un audioprothésiste et ajusté plusieurs fois par an, il permet à l’oreille et au cerveau de s’habituer au son de l’acouphène et ainsi de ne plus l’entendre.


Les bouchons d’oreilles

Afin de prévenir l’apparition d’acouphènes, les bouchons d’oreilles sont une solution vivement conseillée aux personnes exerçant des métiers aux multiples risques auditifs. Que vous soyez musicien ou encore ouvrier dans une usine bruyante, ils peuvent en effet prévenir les risques les plus graves comme la perte de l’audition. Personnalisés, confortables et étanches, ils seront vos meilleurs alliés contre les acouphènes. En somme, il est important de prévenir les risques et de consulter rapidement un spécialiste si un acouphène apparaît afin d’éviter que le cerveau ne mémorise le son. Aussi, il est bien sûr primordial de reposer l’audition et de ne pas amplifier l’acouphène en évitant les sons trop forts et la fréquentation d’endroits bruyants en attendant de le guérir.